Condition féminine comment en sommes-nous arrivé là ?

20:37

Bonjour mes trésors, 
aujourd'hui un nouvel article société qui est un 

commentaire à propos de l'ouvrage La plus belle histoire des femmes .

illustration Salomé Boréale


J'ai lu et adoré - La plus belle histoire des femmes -
petit livre se présentant sous forme d'interviews, questions posées par Nicole Bacharan, historienne et politologue à Michelle Perrot, Sylviane Agacinsky et Françoise Héritier. 

J'ai donc aujourd'hui décidé de vous parler de mon ressenti à la lecture de la première partie de ce livre qui nous apporte des clés de compréhension et qui fait surgir des pistes d'évolution!


----


À travers cette série de questions on découvre comment dès la pré-histoire du jour où les hommes ont compris la différence entre un corps masculin et un corps féminin, ils se sont octroyés  la possession des femmes. En effet, leur survie dépendant du «privilège exorbitant » des femmes à pouvoir enfanter des filles mais aussi des garçons, grâce à eux certes mais sans qu'il soit possible de discerner le père, la femme est donc devenue une entité à s'approprier pour protéger son espèce puis à échanger pour faire société avec les autres tribus et assurer la survie de tous. Il leur a donc fallu s'approprier le pouvoir de ce qu'elles pourraient faire ou non, porter ou non, leur valeur et bien entendu comment les éloigner du savoir, des autres hommes auquel cas, elles étaient répudiées ou tuées.

Voilà comment la condition féminine aurait démarré! 

Très bien expliqué dans ce livre, toujours dès la pré-histoire les femmes ont été définies comme faibles, en effet quand l'homme incarnait la chaleur et la force, la femme perdant du sang régulièrement était vue comme froide et fragile, ce qui permettait donc d'instaurer une hiérarchie immédiate,

ça ne vous rappelle rien ? 

La femme étant fragile, pour assurer la survie de l'espèce, il fallait la protéger, la ménager alors elle restait en retrait, réduite à sa fonction de reproduction où l'homme d'action venait féconder. Convaincue elle-même de son infériorité, c'est ainsi que les femmes servaient leur mari et suivaient leur condition. 
Depuis cette période, dans la création d'un enfant, la femme tiendrait un rôle passif. Elle se fait féconder, elle reste donc comme le cite Françoise Héritier, une marmite et donc forcément une marmite aura une valeur marchande. 

Voilà pourquoi pendant des années, les filles ont eu des dots puiqu'elles étaient des poids à charge, qu'elles ont été contenues dans des rôles de mère et éloignées des affaires d'état.



----


De plus, dans l'Antiquité Romaine, les rôles des femmes étaient découpés. Un homme possédait entre 3 et 4 femmes, l'une avec laquelle il était marié, accord stratégique principalement et qui devait procréer trois fils héritiers, au delà de ce nombre cette femme pouvait se retirer et refuser tout rapport sexuel.

Puisqu'il va de soi qu'on ne lui demandait pas son avis. 

La seconde s'occupait du bien-être du maître de maison, elle s'occupait de l'intendance principalement et la troisième qui est restée à travers les siècles la maîtresse était une femme pouvant assister aux banquets, possédant une petite éducation intellectuelle et dont le rôle était d'accompagner l'homme durant les fêtes. Puis vint la prostituée. Très tôt donc les rôles de mères et d'amantes ont également été séparés. La sexualité était quelque chose d'ôté aux femmes que l'on laissait dans l'ignorance. Même en matière de sexe, les hommes étaient supérieurs puisque chez les Grecs, par exemple, pénétrer un homme tant que l'on été pas pénétré, acte vu comme une soumission était plus valorisant que pénétrer une femme, qu'il se fut agi d'un esclave ou d'un enfant! 


Bien qu'aujourd'hui les femmes possèdent et ce n'est malheureusement pas le cas partout, le choix d'enfanter ou non, quand cette vision de la femme sans enfant reste très difficile à assumer en société, ne continuons nous pas parfois et même certainement inconsciemment d'inculquer l'inégalité ?

La condition féminine a bien heureusement évolué mais il semblerait que tout ait démarré là et aujourd'hui nous apprenons aux enfants qu'un bébé est conçu grâce à un papa qui plante une graine dans le ventre d'une maman qui l'accueille pour qu'il grandisse. La femme possède encore un rôle passif. 
Ou également quand ce sont les femmes qui restent à la maison durant leur long congé maternité à défaut des pères qui doivent très vite retourner aux affaires sociétales, cette vision finalement se perpétue! 

J'estime que bien que cela ait été instauré depuis des millénaires notre conscience de cette histoire doit nous aider à éviter de la prolonger. 

Qu'en pensez-vous ? 



Je vous souhaite une magnifique journée !


Besos

Salomé


You Might Also Like

0 commentaires

Une jolie pensée ?

Popular Posts

Translate

Subscribe